Onction des sacrificateurs - Espace Galilée® - Espace Avalon - Espace Carrel® - R.P. Joseph Carrel (Galilée)® - Tania - Marie-France Carrel - Route de Raisse 30 - CH-2855 Glovelier - +41 32 426 43 37 - Boulevard de Pérolles 57 - CH-1700 Fribourg - Chemin des Morettes 3 CH-1867 Ollon +41 26 424 24 01 - +41 79 763 28 08 - +41 79 327 94 65

Espace Carrel & Espace Avalon
Aller au contenu

Onction des sacrificateurs

Dossier Guérison > Histoire des Religions

L'onction des sacrificateurs et des ustensiles du Tabernacle

Cette onction dont le but était de consacrer des hommes et tout ce qui servait au culte à Dieu, avait été ordonnée à Moïse par l'Éternellui-même, qui préciserasa composition et son utilisation. Nous l'avons vu plus-haut.

Lorsque nous observons la composition de cette huile sainte exclusive pour l'onction des sacrificateurs nous remarquons qu'en plus de l'huile (image du Saint-Esprit par sa douceur et sa faculté de pénétration) les aromates utilisés pour ce mélange sacré, sont chargés d'une profonde signification spirituelle en rapport avec les vertus de l'Esprit-Saint et la croixde Christ.

Nous y trouvons :

  • La myrrhe, en plus de son parfum très agréable, mêlée au vin elle a un pouvoir calmant. Marc 15.23 - elle faisait partie des aromates qui servaient à embaumer les corps. Jean 19.39


  • La cinnamone aromatique. Elle est extraite d'un arbre, le Cinamomum zeylanicum, de la famille des Laurinées, cultivé à Ceylan, dont il est originaire. L’écorce de cet arbre fournit une huile essentielle, obtenue par distillation; elle est de la couleur de l’or, a une odeur suave, s’emploie dans l’industrie des parfums.


  • Le roseau aromatique, roseau parfumé et aussi qaneh, canne, roseau, indiquant une espèce odorante. Cette plante à l’odeur agréable (Sophonie 4.14) entrait dans la composition de l’huile d’onction (Ex 30.23) on s’en servait au moment des sacrifices (on l’importait d’un pays lointain (Jérémie 6.20)


  • L’huile d'olive finement concassée. L’huile pure d’olives concassées, dans un mortier, était la plus fine (Exode 27.20; 29.40) On plaçait les olives ainsi écrasées dans une corbeille d’où s’écoulait l’huile vierge, recueillie avant de mettre la pulpe sous le pressoir. (Jésus souffrit son agonie dans un lieu appelé "le pressoir" ! Gethsémanémot grec dérivé de l’araméen se traduit par "pressoir à huile". Tout un symbole !)


Nous pouvons, en réfléchissant au fort symbolisme de l'huile sacrée de l'onction sainte, nous faire une idée plus précise de la façon dont le Saint-Esprit communique la nature de Christ à ceux qui recherche sa communion.

Une référence concernant l'onction du Souverain Sacrificateur Aaron se trouve dans le Psaume 133.2

L’huile précieuse qui, répandue sur la tête, descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, Qui descend sur le bord de ses vêtements. Nous pouvons nous rendre compte ici, qu'il ne s'agit pas seulement de quelques gouttes sur le front, mais d'une mesure abondante qui se répand, sur la tête, sur le visage et sur le bord du vêtement. C'est une image de l'onction du Saint-Esprit, qui est répandu abondamment sur ceux qui le reçoivent.

Lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur. Tite 3.4/6

Retourner au contenu